Amerrika

Amerrika de Cherien Dabis en deux mots: Culturellement émouvant.


Amerrika La réalisatrice Cherien Dabis


L’histoire: Mouna, divorcée et mère d’un adolescent, est une femme palestinienne enthousiaste et optimiste. Au coeur des territoires occupés, le quotidien est pourtant éprouvant et l’horizon morose. Et puis un jour, quitter cette vie et aller travailler aux Etats-Unis devient possible : étrangère en son pays, Mouna peut bien l’être ailleurs. Elle part alors avec son fils Fadi rejoindre sa soeur installée depuis 15 ans au fin fond de l’Illinois. Après le réconfort des retrouvailles, Mouna et Fadi vont devoir trouver leur place dans cette "Amreeka" tant rêvée. Mais les Etats-Unis, partis en guerre contre le "diable" Saddam, ont une bien étrange conception de l’hospitalité. Il en faudra davantage pour freiner Mouna dans sa quête d’une vie meilleure…


Nisreen Faour Nisreen Faour et Melkar Muallem


Entre immigration et préjugés, le film est un choc cinématographique. Très personnel, c’est un véritable témoignage de toute une communauté qui lutte pour faire valoir son intégrité. Le thème délicat de la menace terroriste est abordé avec brio en privilégiant le point de vue de la famille et non de la politique. Les personnages sont en recherche d’identité dans un pays qui ne cherche pas vraiment à les intégrer. Les difficultés qu’ils rencontrent pouvant paraître "banales" sont criantes de vérité dans un pays où porter le mauvais jean peut nous faire passer pour un "loser".


Nisreen Faour Nisreen Faour


Les acteurs sont formidables dans leur rôle respectif. L’interprète de la mère Mouna tout particulièrement. La réalisatrice précise qu’elle a trouvé en Nisreen Faour "à la fois de la candeur et une profonde tristesse" qui sied parfaitement à l’héroïne de son film. Une héroïne en recherche du bonheur toujours empêché par des obstacles extérieurs. Une mère qui pense avant tout à son fils. Nisreen Faour a définitivement capturé l’essence du personnage. Quant aux personnages secondaires, ils ne sont pas moins intéressants! Avec en première ligne la tante qui ne pense qu’à retourner au "pays" interprété par Hiam Abbass et la nièce qui bien qu’intégrer à la culture américaine sent le poids de ses origines interprété par la surprenante Alia Shawkat qu’on a pu découvrir dans la série comique Arrested Development.


Hiam Abbass et Nisreen Faour Hiam Abbass et Nisreen Faour


Une bonne surprise pour un film qui aurait pu être politique à outrance. Rien ne semble exagéré quand aux discriminations dont a fait l’objet la communauté arabe aux États-Unis au moment de la première guerre du golfe en 1991. La réalisatrice Cherien Dabis se souvient même qu’à cette époque elle vivait dans l’Ohio et sa sœur de 16 ans a fait l’objet d’une enquête par les services secrets à cause d’une rumeur qu’un élève avait lancé. Rien de pire pour un film qui défend une cause d’en faire des tonnes. À l’image de Home qui nous assomme de chiffres et nous fait peu à peu succomber à un ennui profond. Amerrika est l’exemple parfait du fait qu’il n’est pas vraiment nécessaire de nous traumatiser pour nous interpeler.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.