Bilan du Festival de Cannes 2010

Le Festival de Cannes 2010 en deux mots: Physiquement intense.



Après être aller pour la première fois au Festival de Deauville l’année dernière et au Festival de Clermont-Ferrand cette année, j’ai également eu la chance d’aller pour la première fois au Festival de Cannes 2010!! Au lendemain de la soirée de clôture, il est temps de faire le bilan de ce festival avec mes impressions sur son organisation et sur les films vus dans les salles de la Croisette.

Pour commencer, une petite situation géographique. Ne faisant pas partie des VIP qui séjournaient dans un hôtel situé sur la Croisette, la marche à pieds est très vite devenu le sport officiel de cette semaine à Cannes. On était logé juste derrière le Martinez donc plutôt bien placé comparé à certains qui n’habitent même pas à Cannes même pendant le festival mais dans un patelin voisin. Proche du plateau du Grand Journal, c’est tout de même à l’opposé du Palais des festivals où se passent chaque soir les tant attendues montées des marches. Et avec une moyenne de 7 aller-retours dans la journée entre les enregistrements de l’émission Parallèle Cannes sur la plage du Majestic ou la plage Orange, les séances de la Semaine de Critique qui se passent dans la Salle Miramar proche du Martinez, le Marché du film dans le Palais des festivals, les séances de la Quinzaine des réalisateurs dans le théâtre Croisette, les retours aux studios pour se changer en tenue de soirée, les restos à l’autre bout de la Croisette, les pieds non entraînés souffrent pas mal et les blogueuses ont rapidement adopté les chaussures de rechange dans le sac à main :p.



Sur le fonctionnement même du festival, n’importe qui ayant mis les pieds au Festival de Cannes vous le dira, tout est question de badges, badges, badges! Les badges et invitations sont les conditions sine qua non pour profiter pleinement du festival. Sans ces derniers, on peut passer sa journée à Cannes sans voir un seul film. Dites-vous bien que même avec des badges, il est possible de ne réussir à voir aucun film! Victime de son succès international, le Festival de Cannes est une énorme machine et qui dit énorme machine dit fonctionnement complexe et compliqué. Complexe par le nombre impressionnant de badges différents: badges jaunes, badges bleues, badges mauves, badges temporaires, pass prioritaires, etc. difficile de s’y retrouver. Surtout que même en possession d’un badge, il est compliqué de savoir à quoi on a le droit exactement. On sent bien que le staff du festival est principalement composé d’intermittents qui n’ont pas forcément été briefé sur toutes les subtilités de tous les badges. Il m’est arrivé d’avoir jusqu’à 5 badges autour du cou entre les badges pour les séances et les accès aux plages privées. Pour comparer un peu, je n’ai eu besoin que d’un seul badge à Deauville (photo) et des tickets à l’unité pour le festival de Clermont-Ferrand! On a eu la chance d’avoir des badges pour la Quinzaine des réalisateurs et la Semaine de la Critique dont un badge prioritaire pour cette dernière.



Pour ce qui est des invitations pour les montées des marches, c’est littéralement la guerre pour les avoir si on n’a pas les contacts qu’il faut (dédicace au fail bar où on a eu droit au remix de la marche impériale et Ça m’énerve: "c’est la guerre!!")! Il n’est donc pas rare de croiser devant le Palais des personnes qui quémandent des invitations toute la journée pour la projection du soir. Monter les marches pour le film de Tournée de Mathieu Amalric a été super impressionnant. C’est plutôt dingue de se retrouver au milieu de dizaines de photographes et cameramen qui même s’ils ne vous prennent pas en photo sont aux aguets. Un grand kiff quand même cette montée des marches :D!
Un autre aspect hallucinant du festival est le Marché du film avec ses films en recherche de financement ou de distribution et son Short film corner! À chaque coin de ce marché on trouve des perles du cinéma plus ou moins souterrain avec des titres aussi dingues que Titanic 2 ou . Mais mon préféré reste l’affiche de The Monk avec Vincent Cassel issu de la même histoire que la meilleure bande-annonce de parodie dans Tropic Thunder, Satan’s Alley avec Robert Downey Jr et Tobey McGuire. À mourir de rire :p!! Pour ce qui est du Short film corner, le coin incontournable pour tout réalisateur de courts métrages ainsi que pour tout programmateur de festivals de courts métrage comme moi. J’ai pu entrer dans les box où on peut visionner tous les courts métrages de la bibliothèque du festival avec tous les courts métrages en compétition et bien d’autres. Mon seul regret c’est qu’on ne puisse y rester qu’une heure d’affilé et que les courts métrages réalisés par James Franco et Kirsten Dunst qui ont clôturés la Semaine de la Critique n’étaient pas visionnables dans ces box :(. Bel espace en tout cas bien pratique pour voir les courts métrages quand on le souhaite.



Dernier ingrédient et non des moindres d’un bon Festival de Cannes: les soirées cannoises! Certains tentent le tout pour le tout et se pointent à l’entrée de ces soirées sans invitations mais encore une fois, connaître des gens bien placés aide grandement. J’ai été invité avec tous les blogueurs au Baron le soir où Mathieu Chedid alias M nous a carrément fait un concert privé à 2h-3h du matin! Un de mes meilleurs moments "bling bling" de ce festival. Avec de beaux noms dans le public comme Guillaume Cannet, Marion Cotillard, Christophe Dominici, Michel Denisot, etc. ce fut une soirée bien sympathique qui se termina vers 5h30 du mat’ pour ma part :). Bouteilles de vodka, de champagne et de gin qui coulent à flot, j’ai eu un bref aperçu des folles soirées cannoises VIP. Fallait bien que je vive l’expérience au Festival de Cannes à fond!! Je n’arrive pas à imaginer ceux qui font toutes les soirées cannoises parce qu’il y en a évidemment plusieurs chaque soir. L’état de fatigue dans lequel ces gens reviennent du festival doit faire peur :p.

Voilà pour ce qui est de tous les différents aspects du festival. Un très court bilan des films vus pendant ce Festival de Cannes 2010 maintenant. 5 films et une séance de courts métrages en 6 jours c’est pas la gloire mais vu l’emploi du temps qu’on avait c’est plutôt pas mal :p!Vous pouvez retrouver mes critiques plus détaillées de chaque film sur les articles précédents donc je ne vais pas m’attarder mais pour résumer le tout, j’ai eu un gros coup de cœur pour Rubber de Quentin Dupieux et de petites bonnes découvertes en provenance d’Amérique latine. Sans oublier, la bonne surprise qu’a été Tournée et qui remporte le prix de la mise en scène du Festival de Cannes cette année. Des films qui proposaient à chaque fois quelque chose d’intéressant, que se soit dans la technique ou la folie du scénario. Une sélection à la hauteur de ce que j’espérais d’un festival aussi médiatisé. Cela donne envie d’y retourner pour découvrir à nouveaux des films qui risquent de ne pas être projetés dans les salles.






Et pour finir, je vais remercier Allociné et Phillips pour cette superbe semaine!! Une semaine dingue et très réussie. Films, stars, marché du film, montée des marches, ma première expérience à Cannes a largement été à la hauteur de mes espérances. Voilà c’était mon expérience au Festival de Cannes alors si vous voulez y aller un de ces jours, n’oubliez pas la leçon numéro 1: Sans badges ou sans contacts, au Festival de Cannes tu galèreras!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.