The Nines



L’histoire: Un acteur tourmenté, un animateur de télévision et un concepteur de jeux vidéos voient leurs destins s’entrecroiser dans de mystérieuses circonstances…


Ryan Reynolds. Jinks/Cohen Company Melissa McCarthy. Jinks/Cohen Company


The Nines n’est pas à prendre au premier degré. C’est une bonne divagation en trois parties tout droit sorti de l’imagination de John August, le scénariste de Go et Big Fish. Le film mêle absolument tous les genres: le thriller, la comédie, le fantastique, l’horreur et même la comédie musicale ainsi que la reality tv. Trois mondes se succèdent avec trois ambiances et trois rythmes bien différents. Les personnages ne sont à chaque fois pas les mêmes ce qui permet d’admirer le jeu subtil des acteurs dont en première ligne le très bon Ryan Reynolds. Ce dernier passe de l’acteur paumé au programmeur de jeux vidéos en passant par l’animateur de télévision avec une certaine adresse.Malheureusement, il est difficile d’expliquer les points forts du film sans dévoiler la fin. Et spoiler, je n’aime pas ça :p.




Pour tout de même vous donner une petite idée, je dirai que The Nines est une sorte de Donnie Darko dans la complexité mais en beaucoup, beaucoup moins dramatique. Je vous avouerai que j’ai longtemps hésité à suggérer cette référence car c’est à la limite du blasphème de comparer ces deux films. En effet, même s’ils traitent du même sujet des mondes parallèles, ils sont extrêmement différents dans la forme. The Nines est beaucoup plus léger. On s’enthousiasme beaucoup plus sur les petits éléments qui reviennent. J’ai été bluffé personnellement par l’habileté avec laquelle John August joue avec les différents mondes. Avec toujours ces mêmes interrogations: Quel lien y a-t-il entre les personnages qui sont présents dans les trois mondes? Ces derniers sont-ils vraiment des personnages totalement différents? Ou bien chacun a-t-il un rôle déterminé dans la vie du héros? À la fin du film, on se dit "wow, en fait c’était à cause de ça que ça et ça se sont passés! Dingue!".


Ryan Reynolds. Jinks/Cohen Company Hope Davis. Jinks/Cohen Company


On commence à le comprendre, beaucoup de films qui valent la peine d’être vus ne sont jamais sortis dans les salles de cinéma françaises. C’est le cas de The Nines. Un film qui pourtant est à voir et revoir pour tous ces petits éléments qui lient les différents mondes et qu’on a manqué au premier visionnage. Un bon film bien ficelé et bien pensé qui donne matière à réfléchir sur le pourquoi du comment de chacune de ses composantes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.