V pour Vendetta

V pour Vendetta de James McTeigue en deux mots: Politiquement spectaculaire.


Warner Bros. Affiche américaine. Warner Bros.


L’histoire: Londres, au 21ème siècle… Evey Hammond ne veut rien oublier de l’homme qui lui sauva la vie et lui permit de dominer ses peurs les plus lointaines. Mais il fut un temps où elle n’aspirait qu’à l’anonymat pour échapper à une police secrète omnipotente. Comme tous ses concitoyens, trop vite soumis, elle acceptait que son pays ait perdu son âme et se soit donné en masse au tyran Sutler et à ses partisans. Une nuit, alors que deux "gardiens de l’ordre" s’apprêtaient à la violer dans une rue déserte, Evey vit surgir son libérateur. Et rien ne fut plus comme avant. Son apprentissage commença quelques semaines plus tard sous la tutelle de "V". Evey ne connaîtrait jamais son nom et son passé, ne verrait jamais son visage atrocement brûlé et défiguré, mais elle deviendrait à la fois son unique disciple, sa seule amie et le seul amour d’une vie sans amour…


Hugo Weaving. Warner Bros. Natalie Portman. Warner Bros.


Un des meilleurs films de l’année 2005 avec la sublime Natalie Portman et l’excellent Hugo Weaving. Que dire de ce film si ce n’est qu’il allie incroyablement bien le film d’action et le film à portée politique. Avec ses airs de 1984 de George Orwell et de super-héros, V pour Vendetta est le parfait exemple du film divertissant qui fait réfléchir. En effet, ce héros masqué à la diction et à la maîtrise de la lame parfaites, se bat pour des idéaux. Il rêve d’un monde sans dictature. C’est en tout cas ce qu’il représente: l’espoir d’un monde meilleur. Il représente tout ceux qui ont été maltraité par ce gouvernement tyrannique. Mais il représente surtout la vengeance de ce peuple comme il le dit lui-même dans les premières minutes du film: "The only Verdict is Vengeance, a Vendetta held as a Votive not in Vain, for the Value and Veracity of such shall one day Vindicate the Vigilant and the Virtuous". Cette citation me permet en plus de souligner les superbes dialogues du film. On ne pourrait énumérer de manière exhaustive les très nombreuses fascinantes phrases prononcées par notre héros. Un grand bravo d’ailleurs pour la performance de Hugo Weaving qui a du lire et relire le script chez lui ne serait-ce que pour comprendre certaines répliques.


Natalie Portman et Hugo Weaving. Warner Bros. Natalie Portman. Warner Bros.


Une des grandes caractéristiques de ce film est le masque de V. Jamais un masque mis à part dans les films d’horreur n’avait aussi bien été utilisé et expliqué. Les premiers échanges entre V et Evey concernent d’ailleurs ce masque:
"- Who are you?
– Who? Who is but the form following the function of what and what I am is a man in a mask.
– Oh, I can see that.
– Of course you can. I’m not questioning your powers of observation. I’m merely remarking upon the paradox of asking a masked man who he is.
– Oh… Right…
".
Le masque permet donc un anonymat mais il est bien plus que cela. Il est l’instrument par lequel notre héros véhicule ses idées. En effet, on ne saura jamais qui
est réellement notre héros. Il se fond dans tout ceux qui sont prêt à défendre cette même idée de liberté contre la tyrannie. Le film commence et se conclut d’ailleurs sur cette idée (c’est pas vraiment un spoiler vu que c’est le thème du film…) nous offrant ainsi une scène finale assez extraordinaire.


Natalie Portman. Warner Bros. Hugo Weaving. Warner Bros.


Sur une note un peu plus légère, les décors et la musique sont également magnifiques. On pourrait très facilement imaginé ce Londres du futur plus moderne mais qui garde toute son histoire. Quant au sous-sol qui héberge le héros nommé V, il a indéniablement fait l’objet d’une attention particulière. En effet, l’architecture et les objets décoratifs de l’endroit font évidemment référence au Moyen-Age et plus particulièrement à l’époque que tout le monde connait sous le nom de Renaissance. Un parallèle volontaire sur cette période historique de changement de pensées et de conventions (notamment dans l’art de la peinture). Le contraste entre la ville sous la dictature toujours de couleur sombre et le sous-sol "libre" illuminé de couleurs diverses était tellement facile mais tellement efficace qu’on rentre totalement dans le panneaux. Et pour finir, je ne peux pas parler de V pour Vendetta sans mentionner le morceau qui lui est associé. Il s’agit de l’ouverture 1812 de Tchaïkovski. Une utilisation de la musique classique pour le moins explosive. "So tell me, do you like music?".


Warner Bros. Natalie Portman. Warner Bros.


Ce film est incontournable. A voir plusieurs fois pour l’apprécier à tous les niveaux. Pour la beauté des décors et de l’action dans un premier temps, pour la beauté des dialogues dans un second et pour la beauté de la portée politique pour les plus persévérants. Oh et pour ceux qui aiment les bonnes scènes de combat, V pour Vendetta en comprend une des plus réussies. Si je ne l’ai pas mentionné précédemment, c’est que tout simplement, certains films reposent sur ces scènes alors que V pour Vendetta est bien au-dessus de ceux-là. L’esthétique du combat est beaucoup moins importante (même si très réussie) que le pourquoi du combat.

Remember remember

The 5th of November

The gunpowder treason and plot

I know of no reason

Why the gunpowder treason

Should ever be forgot.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.