2ème jour du Festival Paris Cinéma 2010 – Les sept mercenaires – Submarino

2ème jour du Festival Paris Cinéma en deux mots: Sportivement divertissant.

Paris Cinéma 2010

Oh que j’aime ce genre de journée à l’emploi du temps très chargée! Au programme de la journée: Mondial du jeu vidéo au Disney Village le matin, Projection des Sept mercenaires à 14h à la Cinémathèque française, Projection de Submarino de Thomas Vinterberg à 16h45 au Mk2 Bibliothèque, Cocktail en l’honneur de Jane Fonda au Limelight juste après et enfin, Soirée privée de fermeture du Mondial du jeu vidéo au parc Disneyland Paris Studios de 20h30 à 2h du mat’! Une journée sportive donc à courir à droite à gauche entre le RER bondé à 11h du mat’, le sprint du Frog & Library à la Cinémathèque française en passant par la passerelle Simone de Beauvoir et re le RER à 20h. Le Mondial du jeu vidéo est plutôt décevant lorsqu’on n’y participe pas. Je m’attendais à un truc énorme avec des tonnes de stands et des allées de partout mais en fait, il n’y a que trois allées avec une petite dizaine de stands et un énorme espace avec estrade pour admirer les joueurs du Mondial. Tout un monde dans lequel il faut être initié pour apprécier. Passage éclair donc, le temps de prendre nos bracelets VIP pour la soirée au Disney Studio. Retour à Paris pour Les Sept mercenaires et Submarino dont les critiques sont un peu plus loin dans l’article. Submarino est mon deuxième gros coup de cœur du festival. Si ça continue comme ça, je vais me retrouver avec une dizaine de coups de cœur! Je vais pas me plaindre en même temps :D. Le cocktail en l’honneur de Jane Fonda passé avec quelques membres du Jury étudiant fut très bref pour ma part vu que je devais aller jusqu’à Disneyland à 20h. Je n’ai donc pas pu en profiter pleinement mais j’ai pu apercevoir la star & co. La soirée au Disneyland Paris Studios était surnaturelle, encore moins de monde que pour la Disco Night! Pas de queue à l’horizon dans aucune des 3-4 attractions ouvertes pour l’occasion! On s’est retrouvé à faire 3 fois le Némo, 2 fois le Hollywood Tower et 2 fois l’Aerosmith Rock ‘n’ Roller Coaster. Une soirée fructueuse quand on pense qu’on a fait en à peine 1 heure et quelques ce que certains font en une journée entière! Une journée assez dingue mais qui fait bien plaisir :).

Les Sept mercenaires de John Sturge en deux mots: Classiquement westernien.

Carlotta Films

J’avais déjà vu le début du film en DVD mais avais été interrompu sans avoir pu le voir intégralité depuis. La rétrospective japonaise a donc été la parfaite occasion de voir ce classique du genre sur grand écran. Alors, vous allez me dire, quel rapport y a-t-il entre le Japon et un western américain? Eh bien la réponse est assez simple: Les Sept mercenaires est un remake d’un film japonais de Akira Kurosawa, Les Sept samouraïs qui au départ devait s’intitulé The Magnificient Seven soit le titre original des Sept mercenaires. Un remake que le réalisateur japonais a tellement apprécié qu’il a offert un sabre de samouraï à John Sturge ce qui pour ce dernier fut l’un des plus beaux moments de sa carrière selon ses dires. Les Sept mercenaires met en scène des grands noms du cinéma américain tels que Steve McQueen, Charles Bronson ou bien Eli Wallach. Les acteurs campent des bandits au cœur plus ou moins grand qui ont décidé d’aider un petit village dans la détresse.

James Coburn, Robert Vaughn, Steve McQueen, Yul Brynner, Horst Buchholz, Charles Bronson et Brad Dexter. Carlotta Films James Coburn, Robert Vaughn, Steve McQueen, Yul Brynner, Horst Buchholz, Charles Bronson et Brad Dexter. Carlotta Films

Qui dit western dit chevaux, chapeaux de cowboy et bien évidemment revolvers. Les Sept mercenaires n’échappent pas à la règle. De très belles fusillades, de superbes introductions de personnages, un thème musical devenu culte (clip ci-dessous) en partie grâce à la reprise de la marque Marlboro pour ses pubs des années 80, des acrobaties à cheval impressionnantes, etc. C’est tout bonnement un grand classique dont, pendant la projection, on ne s’étonne pas de son énorme succès! Le film a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses suites que je vais m’empresser d’aller voir en DVD après la fin du festival en espérant que les suites sont également à la hauteur :)!

Submarino de Thomas Vinterberg en deux mots: Sensiblement bouleversant.

Submarino

Deuxième gros coup de cœur du festival, Submarino est tout simplement bouleversant et, ce qui ne gâche rien, magnifiquement bien réalisé. C’est en voyant une simple image du film (l’image ci-dessus) dans le catalogue du festival que j’ai absolument voulu voir le film. C’est cette texture proche de la peinture qui m’a intrigué et m’a vraiment décidé à aller le voir. C’est le premier film que je vois de Thomas Vinterberg et cela me donne grandement envie de voir ses autres films dont Festen dont j’entends beaucoup parler. Un propos aussi dur avec des images aussi bien travaillées m’a fait pensé au Prophète de Jaques Audiard. Certains jeux de lumières sont ahurissants notamment ceux où seul le visage est éclairé ce qui donne cette impression d’être dans la tête du personnage.

Submarino Submarino

Ajouté à cette maîtrise technique et esthétique, un scénario maîtrisé de bout en bout avec des acteurs impressionnants et on a l’œuvre oppressante qui nous était promis par le superbement adapté titre Submarino. Jakob Cedergren et Peter Plaugborg sont extraordinaires dans leur rôle respectif. Les acteurs réussissent à nous impliquer sur un plan émotionnel d’une façon vraiment immersive. Grandes performances! Pour revenir au scénario, les deux frères très différents sont chacun prisonnier de leur démon ce qui les amènera à se retrouver tous les deux en prison. Le film ouvre et conclut sur la même scène de leur passé commun, une scène qui est l’origine de tout le déroulement de leur vie respective. Procédé un peu casse gueule dans certains courts métrages sur le thème d’enfants délaissés et livrés à eux-mêmes mais qui fonctionne parfaitement ici.

Submarino Submarino

Submarino est réellement bouleversant. Je ne compte plus le nombre de sanglots dans la salle à la fin de la séance. C’était impressionnant. Un film qui arrive à toucher autant de monde c’est rare alors il faudra pas hésiter à vous jeter dessus lors de sa sortie nationale.

Sortie le 1er Septembre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.